Monnaie et finance

Chapitre II.7 de l’Essai sur l’Œconomie

par Pierre Calame
Langue : français

« Subordonner monnaie et finance aux objectifs et principes de gouvernance » : tel est l’objectif exposé et poursuivi par Pierre Calame dans ce texte, tiré de son livre récent L’Essai sur l’Oeconomie. « Le nœud du problème, explique l’auteur, se situe dans le système de pensée lui-même, dans les concepts. […] deux grandes hypothèses implicites concernant la monnaie sous-tendent l’ensemble de la théorie économique. La première postule que la monnaie est neutre. Elle n’est qu’un instrument passif, utile pour réaliser des échanges qui, de toutes les façons, auraient lieu. Cet instrument est présumé ne changer ni les types de transactions réalisées ni l’horizon des investissements mis en œuvre et encore moins les relations entre les gens qui l’utilisent. La seconde postule que la monnaie est ce qu’elle est et que nous n’y pouvons rien. »

« Ces deux hypothèses sont fausses. Monnaie et finance ont deux fonctions historiques fondamentales : l’organisation des liens au sein d’une communauté ou entre communautés par le biais de l’échange de biens et services ; la mise en relation d’une épargne et d’un besoin, si possible d’un besoin d’investissement. Ces fonctions ont été progressivement perdues de vue. »