02. Le rôle des territoires

Entre une approche macroéconomique qui privilégie des agrégats nationaux et une approche microéconomique qui s’intéresse à la logique de chaque acteur – producteurs, consommateurs, financiers – et face à la prévalence des discours sur la globalisation économique qui font de la planète un vaste marché unifié, le « territoire », la ville ont semblé perdre leur importance, résidu du passé, expression de l’immobilité des hommes, des traditions et des infrastructures matérielles face à la mobilité des idées, des connaissances, des informations, des marchandises.

Ne faut-il pas pourtant réincarner l’économie en s’intéressant mieux à son inscription spatiale et aux multiples relations qui s’organisent à l’échelle des territoires ? Une autre vision du territoire, d’autres outils de description des relations, d’autres modalités d’action, d’autres formes de coopération entre acteurs ne peuvent-ils pas être envisagés ? Comment faire du territoire l’acteur pivot, le niveau auquel peuvent se penser et s’organiser les relations entre l’économique, le social et l’environnement ?

Afin d’avancer sur ce point, l’IRE organise des événements et rassemble sur son site analyses et études autour de l’inscription territoriale économique, des indicateurs de bien-être territorialisés, de la comparaison entre territoires sur les modalités de transformations de la richesse en bien-être sociétal, de la redistribution des richessesventre territoires et à l’intérieur des territoires, de l’identification à travers études et expériences des facteurs clefs permettant un développement territorial équilibre et « harmonieux », de comprendre les relations de certains territoires l’Etat, la mondialisation.

Notes d’analyse
Notes de lecture