05. Le rôle des agencements institutionnels

Production et consommation sont structurées par des grands acteurs privés et publics hérités de l’histoire : entreprises multinationales, distributeurs, laboratoires de recherche, grands Etats, banques d’affaire et fonds de pension, nouant entre eux de complexes relations de rivalité, d’affrontement et de coopération, formant des « agencements institutionnels » caractéristiques. Le propre des agencements actuels est que chacun des acteurs, notamment les acteurs économiques semble poursuivre un but unique, dont la combinaison ne semble pas de nature à prendre en compte l’intérêt général et les droits des générations futures.

L’appel au sens des responsabilités, sociales et environnementales, des entreprises suffit-il à compenser ces déséquilibres ? Les consommateurs organisés, les grandes ONG, les institutions et le droit international sont-ils en mesure de constituer des contrepoids ? Comment alors innover plus hardiment, reconnaître dans ces acteurs des formes d’organisation collective héritées du passé plutôt que des formes éternelles et indépassables ? Penser à nouveaux frais nos agencements institutionnels afin qu’ils puissent répondre aux exigences sociales et environnementales de nos sociétés ?

Afin d’avancer sur ce point, l’IRE organise des événements et rassemble sur son site analyses et études autour de la nature de l’entreprise, des pratiques sociales et environnementalement responsables, des dispositifs de régulation privés et publics, de la diversité, efficacité et légitimité des modèles sociaux, de l’outil fiscal.

Notes d’analyse